Tir sportif CMTE

TIR sportif à la carabine à plombs à 10 métres

 Centre M-T. Eyquem :

Mardi : 14h30 à 16h00 (jeu libre)

Jeudi: 10h à 12h (cours collectif) Participation financière

CARABINE A PLOMBS (Versions à cartouche)

Dans cette version, aucun levier d’armement n’est utilisé. Une cartouche métallique rechargeable, logée sous le canon de l’arme, contient l’air pré-comprimé nécessaire. Le rechargement de cette cartouche est obtenu à l’aide d’un compresseur classique ou d’une pompe manuelle. L’air à température ambiante ne peut pas être rendu liquide aux pressions acceptables pour les cartouches, c’est donc bien sous forme gazeuse qu’il se trouve dans ces dernières.

Plus précises que les armes à ressort et piston, ces armes sont également plus silencieuses car aucune pièce ne se trouve en mouvement lors du tir proprement dit, ce qui contribue également à leur stabilité. En revanche, leur fragilité est plus importante en raison du mécanisme associant la soupape et les joints d’étanchéité.

Les armes à air pré-comprimé peuvent être plus puissantes que celles à ressort. Leur seule limitation, qui est aussi celle des armes à piston et ressort, est la vitesse de détente de l’air.

La vélocité de ces armes varie généralement entre 152 m/s et 1 200 m/s (maximum).

Exemple de carabine à air pré-comprimé à cartouche (version compétition) :

Carabine à air comprimé

Armes à CO2

Ces armes n’utilisent ni piston ni ressort, ni levier d’armement, mais une cartouche de CO2 liquide pour la propulsion du projectile.

Ces cartouches de CO2 peuvent être jetables ou rechargeables. Les cartouches jetables autorisent en général une soixantaine de coups alors que les versions rechargeables dépassent les 150 coups. Le CO2 est stocké sous forme liquide dans ces cartouches et le tireur doit acheter de nouvelles cartouches (version jetable) ou recharger à l’aide d’une bouteille de CO2.

De telles armes sont de plus en plus utilisées en raison de leur facilité d’utilisation (bouteille de CO2). Leur grande autonomie et leur facilité d’utilisation en font des armes plus prisées mais encore peu connues. Le principe est le suivant : la capsule s’insère dans l’arme à un emplacement spécifique, le perçage de l’embout se fait tout seul en vissant la cartouche (aussi appelée sparclette). La pression contenue dans la bombonne permet de ne pas s’occuper du rechargement intempestif et donc permet l’enchaînement des coups.

Munitions

Les armes à air comprimé utilisent en général des «plombs », munitions de type diabolo, en plomb ou en plastique avec tête aluminium. Il existe également des fléchettes pour les petits calibres, mais celles-ci sont peu utilisées en raison de leur faible précision et du risque d’endommagement du canon.

Les armes à air comprimé utilisant piston et ressort n’autorisent pas les tirs répétés sans réarmement manuel par action sur le levier. La cadence de tir varie alors, selon l’habileté du tireur, de deux à trois tirs par minute jusqu’à 8-10 tirs par minute.

Les versions à air pré-comprimé avec bouteille ou à CO2 permettent un fonctionnement semi-automatique puisqu’aucune énergie extérieure n’est nécessaire à leur fonctionnement. Il est alors possible d’enchaîner les tirs, ce qui a donné naissance à la discipline de tir sportif de vitesse à 10 mètres, au pistolet et à la carabine. Les cadences de tir atteignent alors un tir par seconde, mais le nombre de tirs reste limité selon la capacité de la cartouche et du chargeur.